Culture

Cavalcade et défoulement général dans les rues de Bayonne

Cavalcade et défoulement général dans les rues de Bayonne(P.Delobel – Sud Ouest, 19/02/17) – Porteurs de sonnailles, vêtus de peaux de mouton, lancés dans une marche « primitive » cadencée et bruyante. Hier après-midi, les Joaldunak ont arpenté en éclaireur les rues de Bayonne. Un prélude retentissant au cortège du carnaval qui, cette année, n’avait convoqué d’autres us et coutumes que ceux du Pays basque.

Dans le sillage des hommes-cloches, des centaines de costumes : danseurs souletins, Zirtzil et leurs haillons multicolores, Basajaun (Hommes sauvages) aux chapeaux piqués de végétaux et toute une colonie de personnages issue de la mythologie basque. Tous étaient réunis autour de l’ours, Hartza, figure clef de cette mascarade, supposée faire revenir le printemps.
« Le carnaval fait partie intégrante de notre patrimoine, au même titre que le chant et la danse, cependant, nous en connaissons trop peu les codes », reconnaît Jacques Lesca. Le Bayonnais, établit à Montpellier, et toute sa petite famille dévoraient du regard ce joyeux cortège. « La symbolique est intéressante. Il faudrait que les jeunes générations en prennent conscience. »
C’est le cheval de bataille du groupe de danse Orai bat, qui a l’habitude d’orchestrer ce carnaval. « Bayonne compte une foule de jeunes couples originaires du coin ou de beaucoup plus loin. Notre rôle est de les familiariser avec les traditions basques », renseigne François Ruiz, membre de l’association.
Béret vissé sur la tête, il traîne dans toute la ville le malheureux San Pantzar avant qu’il ne soit jugé et brûlé sur la place publique. « Rappelons qu’il a bu et mangé toutes les réserves du village », sourit François Ruiz. « C’est sans doute un peu raide comme sentence mais c’était comme cela à l’époque », tranche son escorte.
P.Delobel – Sud Ouest, Cavalcade et défoulement général dans les rues de Bayonne