International Voyager Voyager

Chapada Diamantina, le diamant vert des randonneurs

Chapada Diamantina, le diamant vert des randonneurs(D.Riendeau, La Presse 22/04/16) – Au terme d’une longue et patiente marche, notre petit groupe de randonneurs parvient à un promontoire rocailleux. Sur l’autre versant de la vallée, d’imposantes montagnes tabulaires se dressent, majestueuses et énigmatiques. Chacun reprend son souffle, happé par le prodigieux spectacle de la nature. En contrebas, un mince lacet de terre battue se perd à l’horizon, nous invitant à explorer davantage le parc national Chapada Diamantina.

Au terme d’une longue et patiente marche, notre petit groupe de randonneurs parvient à un promontoire rocailleux. Sur l’autre versant de la vallée, d’imposantes montagnes tabulaires se dressent, majestueuses et énigmatiques. Chacun reprend son souffle, happé par le prodigieux spectacle de la nature. En contrebas, un mince lacet de terre battue se perd à l’horizon, nous invitant à explorer davantage le parc national Chapada Diamantina.

«Cet itinéraire est sans doute ce qui se fait de mieux en termes de trek au Brésil.»
Claude Samuel, Directeur de l’agence d’écotourisme Tatu na trilha

Le Français d’origine, qui a parcouru tout le continent sud-américain, est tombé sous le charme sauvage de la Chapada Diamantina où il a fondé l’une des premières agences du genre de la région, voilà 25 ans.

Sous les bons soins de notre guide, notre petit groupe francophone amorce un trajet de 55 km qui s’annonce riche en émerveillements. Après avoir franchi à gué un torrent, une première ascension sous le couvert de la forêt Atlantique nous attend. Une fois parvenus sur un vaste plateau peuplé d’arbustes et de cactus, nous saisissons l’ampleur des beautés naturelles de la région, mais aussi du chemin qu’il reste à faire !

L’immensité de la chaîne de montagnes vieille de 1,6 milliard d’années se dévoile à nos yeux. Lentement mais sûrement, l’action de l’eau a creusé d’étroites vallées, devenues le sanctuaire du jaguar, du tatou géant, du tamanoir et du singe hurleur. C’est dire que ces lointains châteaux de roc ont vu naître la vie, ramenant notre existence à ce qu’elle est : une poussière dans le cosmos. Seuls sur la steppe, nous avançons le coeur allègre avec pour seule musique le souffle du vent qui balaie les hautes herbes.

Une randonnée dans la Chapada Diamantina est l’occasion de s’éloigner de la ville pour mieux se retrouver. L’attrait pour les distractions de la vie moderne s’estompe par enchantement devant les plaisirs simples de respirer l’air vivifiant de la montagne ou de plonger dans l’eau glacée d’une cascade.

En fin d’après-midi, les pieds et le dos moulus, nous déposons notre sac dans un gîte familial. Ivres de fatigue, mais heureux comme des rois, nous partageons un repas copieux sous un magnifique ciel étoilé, avant de nous effondrer sur un lit douillet. Une autre journée bien remplie nous attend le lendemain.

Repères

Que visiter ?

L’extérieur du parc national compte de nombreux sites naturels à ne pas manquer, comme le Poço azul, une grotte aux eaux cristallines où la lumière du jour vient créer un spectacle onirique. Pour une vue panoramique sur la région, grimpez le Morro do Pai Inacio, haut de 1120 m et facile d’accès depuis la route 242. Les différents points d’intérêt étant éloignés les uns des autres, de nombreuses agences de Lençois et de Palmeiras offrent des excursions motorisées d’une journée.

Le parc sans guide

Bien que la majorité des visiteurs retiennent les services d’un guide, il est possible de s’aventurer seul dans le parc national à condition d’avoir du temps devant soi. En l’absence de panneaux de signalisation, les randonneurs devraient se munir d’une carte des sentiers et d’une boussole. Par ailleurs, le règlement du parc interdit le camping et l’allumage de feux.

Comment s’y rendre ?

En bus, Real Expresso/Rapido Federal organise quatre départs quotidiens vers la Chapada Diamantina en partance de Salvador. Comptez sept heures pour atteindre Lençois et huit heures pour Palmeiras. Depuis cette ville, on accède au hameau de Capão en taxi collectif par une mauvaise route de terre. Le transporteur aérien Azul assure la liaison Salvador-Tanquinho (à 60 km de Lençois) deux fois par semaine.

Original source: http://www.lapresse.ca/voyage/destinations/amerique-latine/bresil/201604/19/01-4972854-chapada-diamantina-le-diamant-vert-des-randonneurs.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B52_amerique-latine_274_section_POS1

Other international contexts

Abonnez-vous à notre chaîne

Onda International Facebook page