International

Delta du Niger: révélation des mensonges de shell

(Misna, 03/11/15) – Royal Dutch Shell affirme remédier aux dégâts qu’elle provoque à l’environnement alors que rien n’est fait en réalité et des communautés entières sont obligées de coexister avec les poisons qui imprègnent leurs terres, l’eau et l’air, ont dénoncé deux ong dans un rapport sur les promesses non tenues par la multinationale anglo-néerlandaise dans la région du Delta du Niger.

Les experts d’Amnesty International et du Centre for Environment, Human Rights and Development ont concentré leurs recherches sur quatre sites où, selon une précédente étude du Programme des Nations Unies pour l’Environnement (Pnue), des fuites de pétrole dans les oléoducs et les installations de Shell auraient mis en péril la survie même des communautés locales de pêcheurs et d’agriculteurs.

Selon les chercheurs, à l’heure actuelle, ces sites sont évidemment contaminés et ce, bien que Shell soutienne les avoir assainis. “À défaut d’une intervention appropriée pour remédier à la pollution causée par ses oléoducs et ses installations, Shell laisse des milliers de femmes, d’hommes et d’enfants vivre des années voire des décennies durant dans des zones où les terrains, l’eau et l’air sont empoisonnés”, a souligné Mark Dummett, un des experts d’Amnesty auteurs du rapport.

En 2011, le Pnue avait dénoncé en particulier le drame de l’Ogoniland, où cette antenne de l’Onu avait estimé que 30 ans auraient été nécessaires avant de pouvoir remédier aux dégâts écologiques causés par la multinationale dans cette région du Delta.

Original source: http://www.misna.org/fr/nature-et-environnement/delta-du-niger-revelation-des-mensonges-de-shell-03-11-2015-813.html