Society Technology

Les traducteurs automatiques finiront-ils par remplacer les professionnels?

Les traducteurs automatiques finiront-ils par remplacer les professionnels?(Le Courrier International, 16/02/17) – Ils sont de plus en plus rapides, de plus en plus précis et réalisent aussi bien des traductions écrites qu’orales. À ce train-là, les traducteurs automatiques vont-ils finir par remplacer le travail humain ?, s’interroge Le Temps.

Les programmes informatiques et les progrès de l’intelligence artificielle ne cessent de faire progresser la qualité des contenus traduits automatiquement dans une multitude de langues, observe Le Temps. Outre les traductions proposées par le moteur de recherche Google ou le réseau social Facebook, le journal suisse relève la sortie prochaine d’une oreillette permettant des traductions vocales simultanées entre cinq langues, mise au point par la start-up Waverly Labs. Cette fois, est-on sur le point de remplacer pour de bon traducteurs et interprètes ?

Le Temps revient sur l’évolution de cette technologie. Longtemps, la traduction a été “l’apanage des linguistes qui travaillaient avec des dictionnaires bilingues et des règles de grammaire”, écrit-il.

Ils ont été rejoints depuis par les ingénieurs informaticiens qui ont compris qu’en nourrissant des ordinateurs de grandes quantités de données, ils pouvaient leur apprendre à traduire des langues étrangères.”
Le principe de ces systèmes est que “la machine ‘apprend’ par l’exemple. Elle ingurgite des textes déjà traduits par des professionnels” et nourrit progressivement un catalogue de référence sur lequel elle se fondera.

À ce principe s’est ajouté le deep learning, méthode de traduction qui repose sur “une fonction mathématique qui calcule toutes les solutions possibles avant de fournir la réponse la plus probable”, explique Le Temps, et a l’avantage de traiter une séquence de mots plutôt que des mots isolés.

La traduction automatique ne sera jamais parfaite

Mais si ces techniques progressent à toute allure et bouleversent à la fois le travail des professionnels et la formation des futurs traducteurs, les experts rencontrés par Le Temps doutent qu’elles en viennent à remplacer l’humain.

Autant le dire immédiatement, les spécialistes sont sceptiques, malgré les importants progrès réalisés par les systèmes de traduction informatisés. […] Les outils de traduction généralistes relèvent encore de la science-fiction.”
“La traduction ne sera jamais parfaite car la langue naturelle est ambiguë, mais elle sera suffisamment utile pour pouvoir communiquer, faire passer une information comme réserver une chambre d’hôtel”, estime Pierrette Bouillon, professeure de traduction et d’interprétation à l’université de Genève.

Les performances de la traduction automatique s’arrêtent au catalogue de référence “appris” par l’ordinateur. “La relecture du texte par un traducteur humain reste donc encore indispensable pour un résultat de qualité”, assure Le Temps.
Le Courrier International, Les traducteurs automatiques finiront-ils par remplacer les professionnels?