Environment Favorites

Climat. Les chutes Victoria à sec

Climat. Les chutes Victoria à sec

(Courrier international, 07/12/19) – Haut lieu touristique, ces chutes, qui marquent la frontière entre le Zimbabwe et la Zambie, sont considérées comme parmi les plus puissantes de la planète avec celles du Niagara et celles d’Iguazu. Pourtant, cette année, le lit du fleuve Zambèze à cet endroit est presque asséché.

“La fumée qui gronde”, tel est localement le nom donné à l’endroit où le Zambèze se jette, 100 mètres plus bas, dans un profond canyon. Au plus fort de la saison, les chutes – rebaptisées Victoria par l’explorateur Livingstone – s’étendent sur 1 700 mètres. Le débit est si puissant qu’il provoque un roulement continu et dégage une écume qui, tel un crachin, arrose des centaines de mètres à la ronde.

Mais voilà, cette année, l’Afrique australe est en proie à une sécheresse sans précédent. “Et s’il n’est pas inhabituel pendant la saison sèche que les chutes Victoria manquent d’eau, cette année cependant, le niveau est à son plus bas en vingt-cinq ans”, écrit The Daily Telegraph. Le président zambien Edgar Lungu attribue cette situation au changement climatique et va même jusqu’à dire que les chutes pourraient, à terme, entièrement disparaître.

Depuis le début de l’année, le débit aurait diminué de moitié, selon des données transmises par le ministère de l’Environnement du Zimbabwe et citées par le quotidien londonien. Mais un porte-parole de ce même ministère a rejeté l’idée d’une disparition prochaine des chutes. À l’image de ZBC, la télévision nationale, les autorités du Zimbabwe ont d’ailleurs tenté de minimiser des rapports jugés alarmistes. Il est vrai que près d’un million de touristes se rendent chaque sur place, d’un côté ou de l’autre de la frontière, et que le manque à gagner pourrait être colossal.

La sécheresse qui sévit à travers l’Afrique australe est la pire de ces quarante dernières années, reprend The Daily Telegraph. Près de huit millions de Zimbabwéens dépendent désormais des distributions de nourriture effectuées par le Programme alimentaire mondial. Le mois dernier, il a été révélé que 200 éléphants étaient morts de soif et les autorités ont annoncé qu’elles “déménageraient” 600 autres pachydermes et d’autres animaux pour les mettre en sécurité.

Courrier international, Climat. Les chutes Victoria à sec

Our best book

YouTube Channel

Send this to a friend