Environment

Dans les Pyrénées, les ourses hibernent

Dans les Pyrénées, les ourses fraîchement arrivées hibernent

(C.O. – France3, 28/01/19) – Les deux femelles, dont on ne sait toujours pas si elles attendent des petits, “n’étaient semble-t-il guère pressées de se mettre en repos”. “Si Sorita est entrée en tanière mi-décembre, Claverina a continué de prendre l’air jusqu’aux premiers jours de janvier”, souligne l’Office, ajoutant qu’il “est désormais assuré qu’elles dorment, leur collier émetteur attestant une absence totale de mouvement”.

Après un long périple en Béarn, elles ont choisi des endroits différents pour établir leur tanière: Claverina en Espagne dans les montagnes de l’Aragon, Sorita en France dans les sommets des Hautes-Pyrénées.

Selon l’ONCFS, qui garde confidentielles les localisations précises des tanières pour des raisons de sécurité, cela ne présage en rien de leurs mouvements futurs, plusieurs mois étant nécessaires à l’ours pour stabiliser son comportement géographique.

En revanche, elles devraient à terme se stabiliser, car si les mâles vagabondent sur de larges distances, comme le démontre le suivi de l’ours Goïat, les femelles ont tendance à se limiter. Une ourse adulte fréquente en moyenne une centaine de km² (zone de 10km sur 10km), soit dix fois moins qu’un mâle. Selon l’Office, il est impossible de savoir si l’une des ourses, ou même les deux, étaient gravides (pleines) au moment de leur lâcher en octobre. Il ne sera possible de le savoir qu’au printemps, lors de la sortie de tanière, avec la présence ou non d’oursons. Les oursons (de 1 à 3) naissent en effet pendant l’hiver et grandissent à l’abri de la tanière dans les premières semaines. Venues de Slovénie, Claverina et Sorita ont été introduites afin de sauvegarder l’espèce, au grand dam d’éleveurs d’ovins locaux opposés à leur présence.

C.O. – France3, Dans les Pyrénées, les ourses fraîchement arrivées hibernent